Message

Fred
Administration

Date du message : mercredi 29 juin 2016 à 16h54


Bilan des négociations
Cela fait maintenant deux ans que les négociations ont commencé par une signature au mois
d’août 2015 de la part de la CGT, CFTC et CFE-CGC.
Cet accord d’août a été, comme vous le savez, dénoncé par FO et la CFDT. En conséquence, les négociations ont repris sans aucun projet de ces deux organisations syndicales.
De l’autre côté de la table, toutes les organisations patronales se sont mises d’accord pour un seul et même texte.

Dans l’accord proposé par les organisations patronales, nous retrouvons quelques revendications de la CGT :
• 1 heure travaillée = 1 heure payée du lundi au samedi « jour »,
• Une augmentation de la grille conventionnelle du taux horaire entre le 1 juillet 2016 et le 1 juillet 2018.
• Une prise de connaissance au moins 15 jours à l'avance d'un planning des temps de travail et de repos, au minimal mensuel.
• L’accord a un caractère normatif.
• L'affichage d'un repos hebdomadaire de 35 heures est la préservation de l'acquis d’au moins deux repos de 48 heures liés au samedi et dimanche.
• Une limite minimale journalière de temps de Travail effectif fixée à 4h30.
• Le versement d'une Indemnité de Dépassement d'Amplitude Journalière (IDAJ) à 100 % dès la 12 heure.
• Une baisse légère de l'amplitude de 15 heures à 14 heures avec un cadrage plus contraignant et de la limite annuelle plus significative pour le travail saisonnier passant de 75 fois à 50.
• Un temps de repas obligatoire de 30 minutes minimum entre 11 heures et 14 heures 30 donnant droit au versement d'une indemnité de frais de déplacement. L'affichage d'une pause sécuritaire.
• Une augmentation du pourcentage de droit au repos pour les personnels qualifiés de travailleurs de nuit à 10 % pour les autres personnels ambulanciers

Cependant, nous constatons certaines régressions sociales
par rapport à l’accord d’août 2015 :


==> La persistance de l’équivalence durant les services de dimanche, nuits et jours fériés à 80 %, par conséquent la notion de travail gratuit, continu.
==> Cette dualité des règles de calcul cessera de s’appliquer 3 ans après la signature du présent accord sous des conditions qui ne sont pas du ressort ni des salariés, ni des organisations syndicales …. mais du ministère !!!
==> Le salarié doit être joignable en PERMANENCE même pendant les temps de pause.
==> Le contingent d’heures supplémentaires qui explose à 480 heures.
==> Au lieu de vouloir baisser le temps de cumul des pauses, l’accord prévoit, au contraire, de l’augmenter par accord d’entreprise ou d’établissements.
==> Et Le procès-verbal où les parties signataires s’engageaient A DISPARU !

Hors, ils s’engageaient à ce qui suit.... :

==> Adapter la formation professionnelle tout au long de la vie.
==> Actualiser le régime de la protection sociale: notamment un examen pour faire bénéficier les conducteurs ambulanciers des dispositions de l'I.P.R.I.A.C. (régime d'inaptitude).
==> Ouvrir des négociations sur le travail de nuit, sur l'aménagement du temps de travail par cycle et par modulation, ainsi que le travail à temps partiel dès l'entrée en application de cet accord.
==> Réduire à 1h30 la durée maximale de la pause ou coupure, fixée à 2 h, dans un délai de 3 ans à compter de l’entrée en vigueur dudit accord, sous réserve de l’adéquation de cette réduction avec l’évolution de la réglementation relative à l’organisation de la garde départementale.

LA DELEGATION CGT EST DONC EST DEFAVORABLE A UNE SIGNATURE ..
Défavorable sur cette proposition globale car même s’il y a une augmentation du taux horaire, nous allons devoir subir encore plus les directives du patronat.
Avec cet accord, nos pauses et coupures qui devaient être un vrai moment, dans la journée du salarié, seront toujours soumises aux directives de l’employeur puisque nous devons TOUJOURS être joignables !

Dans un tel contexte, nous estimons que c’est de L’ASTREINTE déguisée. De plus, il est inadmissible de voir le contingent d’heures supplémentaires augmenter de la sorte.

Frédéric M. Webmaster de:
http://www.ambulanciers-cgt.org/
Membre du Groupe "WEB92"

Message

Date du message : vendredi 1 juillet 2016 à 09h03


Je suis ambulancière depuis presque 30 ans et si la profession a évolué, il reste encore beaucoup de choses à améliorer.
Si je prend en compte uniquement le travail de jour, actuellement nous sommes à 90%.
Sur une semaine de 45h à 90% on retiendra 40h30
Avec ce nouveau projet ( 1h30 de coupure/jour) :
45h sur 4 jours = 39h
45h sur 5 jours = 37h30
45 h sur 6 jours = 36h
De même pour une semaine de 50h à 90% on retiendra 45h
Avec ce nouveau projet :
50h sur 4 jours = 44h
50h sur 5 jours = 42h30
50h sur 6 jours = 41h
Alors on comprend pourquoi les OP sont pressées de signer et je ne parle pas des 2h de coupure fictives la nuit......

Message

Chris83
Membre
Membre

Date du message : dimanche 11 juin 2017 à 12h21


Bonjour, je souhaiterais apporter mon opinions ou tout du moins mon analyse concernant les revenications soumises.
D'iune premère part je tiens à corriger le commentaire précédent faisant l'amalgame entre le temps de pause et l'amplitude journalière. L'analyse de notre collègue rammenant à une amplitude moindre en déduisant le temps de pause est une faute de compréhension des textes. LA nouvelle proposition effectivement montre que le temps de pause est en dehors du temps de travail et d'où la mise en place d'un taux à 100% et non plus à 90%. Alors on peut effectivement faire la comparaison entre les deux systèmes mais c'est une erreur de faire ce raccourci.

Pour simple exemple, quelque soit l'entrerpise privée, lorsque vous êtes dans le cadre d'un contrat à 35H, généralement les horaires sont de 8h à 12h et de 14h à 17h ou environ. On note que le temps de pause entre 12h et 14h n'est pas compris dans le temps de travail et pourtant combien de salariés sont "coincés" sur le lieux de travails car trop loin pour rentrer à leur domicile, ils profitent de ce temps libre pour aller faire quelques courses aussi.

J'en viens donc que grâce à ce système si vous êtes dans le cas de cette pause, en tant qu'ambulancier, pendant cette pause vous êtes déresponsabilisé du véhiciule et de son matériel, cependant vous restez à l'écoute de vos appels. En cas d'appels que se passe t-il ? Et bien votre pause si elle est coupé, elle est réintegré dans votre temps de travail. Pour ceux qui ne sont jamais au bureau pour manger et toujours à l'exterieur, c'est un gain potentiel dans la durée du temps de travail. Pour ceux qui sont au bureau pendant une heure ou plus et qui avait l'habitude d'aller à droite ou à gauche et bien vous deviendrais comme tout les salariés du monde privé.

Je voudrais que la CGT revienne à la raison et demande l'avis de tous cet accord n'est pas parfait mais c'est un début. On ne peut pas tout avoir d'un coup, au lieu de créer un mur il serait interessant de le signer avec la possiblité de la faire évoluer plus tard. 80% c'est toujours mieux que 75%. Une amplitude à 100% est toujorus mieux qu'a 90 % avec si en pause la possiblité sans regret d'aller à la plage ou ailleurs ...

Il y a une évolution mais il faut la faire main dans la main avec nos patrons. Oui il y aura des abus, il y en a toujours eu, et il y en aura toujours et c'est à la justice qu'il faudra avoir confiance !

Je vais continuer à vous répondre et à m'investir dans ce domaine que je connais depuis 10 Ans maintenant. Analysez les données, ne partez pas sur les opinions de couloirs où parfois certains n'ont même pas lu les textes et profanes des données éronnées !

Christopher,
ambulancier,
en formation Contrôle de Gestion
Consultant MGFConseils

Surveiller Imprimer