Message

Felix
Membre

Date du message : mardi 10 octobre 2017 à 13h42


HYGIÈNE ET DÉSINFECTION
(Merci a l'association CATSUF pour son travail d'information)

LÉGISLATION
Désinfectant ambulance
L'ambulance doit être toujours propre. L'intérieur ne doit pas être "un réservoir à microbes". Des protocoles définiront le type et le moment des nettoyages-désinfections et le respect des circuits. Le nettoyage se fera avec gants et protection (surblouse).

I - PRINCIPES
L'entretien d'une ambulance permet d'avoir une propreté biologique, c'est à dire avec le minimum de microbes.
Les surfaces ne seront jamais totalement stériles (zéro microbe).

Il ne faut pas oublier la propreté visuelle notamment l'extérieur du véhicule qui doit toujours être propre même en hiver.
Une ambulance (et son équipage) doit inspirer confiance au malade et à sa famille.

Un nettoyage - désinfection complète de l'ambulance, extérieur et intérieur doit être faite au moins une fois par jour et après chaque transport de malade.

Tout cela a pour but d'éviter une contamination d'un malade surtout s'il est immunodéprimé.
Les éléments ayant été en contact avec un patient sont désinfectés entre chaque transport.

Il y a 3 types de nettoyage :
- chaque jour (journalier).
- entre 2 transports dit simplifié.
- après un transport contagieux : désinfection approfondie
Il est indispensable que l'entreprise dispose de protocoles écrits qui seront à disposition dans chaque ambulance dans un classeur.

- Protocoles :
L'utilisation des protocoles n'est pas encore un réflexe français contrairement aux pays anglo-saxons.
Nouveau dans la profession,vous devez d'emblée avoir cet état d'esprit.
Pensez quand vous partez en vacances en avion que le pilote et le copilote passent un certain temps à lister (d'où le nom de "check list") et à tester un grand nombre de procédures.

Il devrait avoir dans chaque ambulance un classeur rassemblant les protocoles datés et signés et régulièrement mis à jour.
L'ensemble du personnel devrait participer à l'élaboration de ces documents.

Sur un carnet d'entretien sont notées toutes les interventions avec observations et nom des intervenants.

- Déchets / Notions de circuits :
Lors des soins, du transport, du nettoyage, il faut respecter une règle de base :

Ne pas mélanger le propre (le non contaminé) avec le "sale" (le contaminé).
Le sale ne doit jamais rencontrer le propre.
D'où la notion de circuit.

Ainsi le matériel stérile ne sera pas mélanger avec le matériel non stérile.
On ne fera pas passer le malade au travers des poubelles ou prendre l'ascenseur réservé aux déchets.

II - NETTOYAGE et DÉSINFECTION
Se fera avec gants et protection (surblouse).
L'ambulance est aérée et vidée des déchets et du linge sale.
Il s'agit de désinfecter les parois de l'ambulance, mais aussi le plan de travail, le matelas immobilisateur, la chaise portoir, le brancard etc..

On procède de haut en bas, de la surface la plus éloignée à la plus proche et surtout du plus propre vers le plus sale.

- Chariot de nettoyage :
Sceau. Avant toute désinfection, il faut nettoyer. Un bon nettoyage nécessite une bonne organisation d'où l'utilité d'un chariot bien rangé avec :

Partie supérieure :vaporisateurs des désinfectants, chiffonnettes, sacs poubelles et papier à usage unique.
Partie inférieure : les 2 seaux de lavage et de rinçage.

- Surfaces de l'ambulance :
Toute trace de sang et de déjection sera nettoyée à l'aide d'un détergent.
La lavette est préférable à l'éponge humide.
On doit changer l'eau de rinçage souvent.

Technique de spray :
Après avoir mis des gants de protection, on pulvérise le produit uniformément sur toute la surface.
- laisser mousser
- étaler le produit à l'aide d'un chiffon réservé à cet usage.
- ne pas rincer
- laisser sécher.
- Pour les parois verticales comme le pied à perfusion, on pulvérise directement la lingette afin d'éviter toute projection.

- Sol de l'ambulance :
Il s'agit d'éliminer le maximum de souillures du sol et de détruire les germes.
Il est nettoyé entre 2 transports lorsqu'il y a eu des souillures ou en cas de transport d'un patient contagieux.
Avec un manche à balai serpillère, la technique est la même que pour les surfaces et parois.

- Technique avec rinçage (2 seaux) :
Après avoir mis des gants de protection et une surblouse, on prépare un seau de lavage qui contient le produit dilué dans de l'eau selon les proportions indiquées sur le produit et un seau de rinçage d'eau sans additif.

Ces 2 seaux sont de couleur différente (bleu et rouge par ex.)

On trempe le chiffon dans le premier seau, permettant de laver la surface.

Ensuite on trempe le chiffon dans le seau de rinçage avant de recommencer la manœuvre en progressant du plus propre au plus sale.

Il ne faut pas oublier de nettoyer les zones difficilement accessibles comme les tiroirs.
L'eau avec le produit est versée sur le sol qui est brossé avec la brosse du balai. Le liquide est alors évacué avec la raclette. On ne rince pas, on laisse sécher.

- Habitacle de l'ambulance :
Après avoir revêtu surblouse, lunettes, masque et gants la technique du brumisateur pulvérise un désinfectant après un nettoyage complet de l'ambulance et de ses surfaces.

Elle se fait après un transport de patient en isolement et une fois tous les quinze jours à titre systématique.

L'ambulance fermée, on laisse en contact 15 minutes.

Elle se fait hors présence humaine avec pour la personne qui met en route la brumisation le port obligatoire d'un masque.

Le temps de contact est long et variable selon le produit.

- Matériel de secours :
Lorsqu'il a été en contact avec un liquide humain comme les urines, le sang, les selles, les vomissements et la salive, il faut désinfecter.
Le matériel doit supporter le trempage, temps essentiel.

Avec des gants de protection à usage unique, le bac de trempage est rempli du liquide de désinfection comme le prévoit le mode d'emploi (ex.:10 litres pour un sachet dose).

Le matériel est immergé pendant 15 à 30 minutes.
Pendant ce temps on brosse en n'oubliant pas les zones peu accessible en démontant les pièces, utilisation d'un écouvillon dans les tubes.
Puis les pièces sont rincées, séchées et le matériel est rangé à l'abri de la poussière.
Le bac peut supporter un certains nombres d'éléments.

A la fin le liquide est jeté, le bac nettoyé puis séché.

Certaines pièces fragiles ne supportent pas le trempage, dans ce cas on utilise directement au contact un détergent-désinfectant.

N'oubliez pas de bien remonter les différentes pièces du matériel comme la valve de l'insufflateur et dans le bon sens et on vérifie son bon état de fonctionnement.

III - TRACABILITÉ
On note l'entretien et le protocole utilisé avec la date, l'heure et la personne dans un carnet de désinfection réservé à cet usage.

Carnet desinfection :
Afin de limiter la propagation des germes et garantir un service de qualité, des procédures de nettoyage et de désinfection sont mises en œuvre et s'appuient obligatoirement sur les documents suivants :

protocole mis en œuvre entre chaque transport;
protocole hebdomadaire de nettoyage et de désinfection complète, également mis en œuvre à la demande, avant le transport d'un patient fragile ou après le transport d'un patient signalé contagieux.
Un document enregistrant chronologiquement toutes les opérations de nettoyage et de désinfection conservé dans l'entreprise pour être présenté aux contrôles des autorités compétentes, à la demande des prescripteurs ou des patients eux-mêmes et nécessaire.

Les ambulances ont des revêtements intérieurs lavables et résistants aux procédés usuels de désinfection.
Pour les VSL, les garnitures intérieures sont lavables et résistantes aux procédés usuels de désinfection.

IV - La loi
Les installations matérielles prévues au 3° de l'article R.6312-13 du code de la santé publique comprennent (arrêté du 10 février 2009. J.O. DU 12 mars 2009) :

un local sur le territoire de l'agrément ...
un ou des locaux, en propre ou mis à disposition par contrat, permettant d'assurer la désinfection et l'entretien courant des véhicules, ainsi que la maintenance du matériel.
Ces locaux sont situés dans la commune, groupement de communes ou l'agglomération de chaque implantation.

Le lavage de la carrosserie peut s'effectuer en dehors de ces locaux par des moyens mis à la disposition du public.

V - Points clefs
- Ne jamais mélangé le sale et le propre.
- L'ambulance et les tenues sont toujours propres.
- Utiliser des protocoles.
- Nettoyer du plus propre au plus sale et du plus eloigné vers soi.
- Nettoyage avec gants.
- Spray : laisser sécher.
- Ne pas oublier la désinfection du matériel médical.

Sur un carnet d'entretien sont notées toutes les interventions avec observations et nom des intervenants.

L'équipe du CATSUF

Surveiller Imprimer