Commentaires (0)

Cet article a été publié le par Manuel et a été consulté 301 fois.

2017 - Durée 53 minutes - Chaîne Française Arte
Les besoins en sang augmentent mais l'approvisionnement diminue. Peut-on élaborer des substituts ?

COMMENT PALLIER LA PENURIE DE SANG ? Partout dans le monde, des millions de litres manquent pour assurer un nombre suffisant de transfusions. Entaché par de nombreux scandales, comme celui de l'affaire du sang contaminé à la fin des années 1980, le don de sang suscite aujourd'hui la méfiance du grand public.

EN ALLEMAGNE, SEULEMENT 3 % DE LA POPULATION EN DONNE REGULIEREMENT.
À ce déficit de popularité s'ajoute une augmentation des besoins due au vieillissement démographique. Les chercheurs sont donc mis au défi de trouver de nouvelles solutions. Des médecins allemands essaient par exemple de fabriquer du sang artificiel à partir de cellules souches, prélevées en laboratoire. De son côté, le biologiste français Franck Zal projette d'utiliser l'hémoglobine de vers marins, compatible avec l'ensemble des groupes sanguins. Si ces expérimentations semblent prometteuses, l'application de traitements fiables et sans effets secondaires demeure incertaine.

Étayé par les interviews de spécialistes du monde entier, ce documentaire met en lumière la quête acharnée de scientifiques, engagés dans des approches plurielles et innovantes pour résoudre ce problème majeur de santé publique.../...

Commentaires des internautes

Soyez le premier à donner votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de Web92.fr ?

Veuillez cliquer sur pour afficher le code de sécurité à recopier afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article [HÔPITAUX] "Le sang" : une quête permanente.

@
@
Veuillez cliquer sur pour afficher le code de sécurité à recopier afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.